Veuillez noter que cette vidéo est en anglais. La transcription française est ci-dessous.

  • Pour en savoir davantage sur l’importance du dépistage de cette forme de cancer, visitez colonversation.ca. Cette ressource, produite en partenariat avec le Réseau national de dépistage du cancer colorectal, permet de savoir qui devrait se faire examiner et comment les tests se déroulent. On y trouvera également des conseils sur la façon d’entamer une « côlonversation » avec le médecin, les parents ou les amis.

 

Transcription française

La Dre Mary Gospodarowicz, Présidente de l’Union International Contre le Cancer :

Le but de la Journée mondiale contre le cancer est d’inviter les intervenants dans le domaine du cancer, de profiter de cette journée pour le plaidoyer et pour informer le public de tout ce que l’on peut faire contre le cancer.

Certaines personnes pensent qu’on ne peut rien faire contre le cancer.

Mythe : Si tu as plus de 50 ans, et tu n’as pas de symptômes du cancer colorectal, devrais-tu te faire examiner pour un cancer?

Réponse : Oui, tu devrais te faire examiner pour le cancer.

Expert : Dr. Bernard Badley, directeur médical du programme de prévention du cancer à Cancer Care Nova Scotia

Nous recommandons que les personnes devraient se faire éxaminer régulièrement pour le cancer à partir de 50 ans. Par contre, pour les personnes ayant un historique familial de cancer colorectal, surtout si un membre de la famille proche, tel son père, sa mère, un frère ou un sœur,  cette personne devrait se faire examiner pour le cancer à partir de 40 ans, si le membre de la famille a été atteint de cancer avant l’âge de 60 ans.

Le risque du cancer colorectal peut être réduit en faisant un dépistage pour les polypes précancéreux et en se les faisant enlever pour empêcher l’apparition du cancer.

Le dépistage pour le cancer peut faire une grande différence et peut sauver les vies. Le dépistage doit se faire à intervalle régulier, la plupart des provinces du Canada recommande un dépistage tous les deux ans, c’est ce que nous faisons en Nouvelle-Écosse.  Les hommes sont 40% plus vulnérable au cancer colorectal que les femmes, mais sont moins aptes à se faire dépister pour le cancer.

La Dre Heather Bryant, Vice-présidente, Lutte contre le cancer, Partenariat canadien contre le cancer :

Étant donné la Journée mondiale contre le cancer, nous devons profiter de cette journée pour informer les Canadiens et Canadiennes, qu’ils habitent dans un pays qui met en place une stratégie de lutte contre le cancer. Ceci inclus le personnel médical ainsi que ceux qui œuvrent dans la prévention du cancer, et ceux qui offrent un soutien aux patients. Toutes ces personnes travaillent ensemble dans ce pays pour accélérer la lutte contre le cancer. Je pense que c’est une très bonne nouvelle.