Dr. Catherine Dubé

Nous passons tellement de temps à discuter du test de dépistage à utiliser, que nous en oublions que le plus important, c’est que davantage de gens doivent subir les tests de dépistage.

 

Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer au Canada. Quel rôle le dépistage pourrait-il jouer pour réduire des décès?

Le dépistage fonctionne. C’est une façon efficace et éprouvée de diminuer la probabilité de développer un cancer du côlon et d’en mourir.  C’est parce que le cancer du côlon est généralement un cancer à croissance lente. Cela nous donne amplement l’occasion de rechercher des signes qu’il pourrait être présent à l’aide du dépistage, et les cancers qui sont détectés à l’aide du dépistage sont généralement traitables.

Qui devrait subir un dépistage et quand?

Nous savons que le dépistage fonctionne et nous savons que le cancer colorectal est fréquent, il est donc très important de faire subir un test à la population à risque : tous les Canadiens âgés de plus de 50 ans. C’est ce qu’il y a de plus important.

Ce que nous pouvons voir au Canada, malgré les programmes qui sont en vigueur dans les provinces individuelles, est que la participation au dépistage n’est pas assez élevée. Nous passons tellement de temps à discuter du test de dépistage à utiliser, que nous en oublions que le plus important, c’est que davantage de gens doivent subir les tests de dépistage. Il existe plusieurs façons de faire le dépistage et elles ne sont pas « uniformisées ». On pourrait mieux dépister certaines personnes, comme celles ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal, avec une coloscopie, tandis que d’autres pourraient trouver qu’il est beaucoup plus facile de tout faire dans le confort de leur domicile avec la recherche des selles. Pour d’autres, la sigmoïdoscopie est une très bonne option, car elle est sécuritaire et relativement facile à faire et parce qu’il y a beaucoup de bonnes recherches qui disent qu’elle fonctionne.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de Canadiens âgés de 50 à 74 ans qui subissent un dépistage?

 

Les gens ont des idées fausses sur le dépistage. D’abord, de nombreuses personnes croient qu’il faut avoir un saignement rectal ou des selles anormales pour avoir un cancer du côlon. J’ai même observé ce phénomène chez les médecins. Mais c’est faux. La deuxième idée fausse est qu’il faut avoir des antécédents familiaux pour être à risque. Encore une fois c’est faux. Si nous regardons la proportion de gens qui ont un cancer du côlon, les trois quarts d’entre eux n’ont pas d’antécédents familiaux. Le seul facteur de risque est vraiment leur âge. Un autre problème est que de nombreuses personnes pensent que la seule façon de faire un dépistage est par coloscopie et elles ont peur de ce test. Finalement, nous commençons seulement maintenant à financer les programmes de dépistage à l’échelle canadienne; il faudra donc du temps pour faire grimper les chiffres. Nous ne pouvons pas nous fier au fait que les patients consulteront leur médecin. Le dépistage doit être beaucoup plus systématique que cela.

Que peut-on faire de plus pour rejoindre les personnes qui devraient subir le dépistage, mais qui ne le font pas?

Le TIF aidera beaucoup, car il est plus attrayant pour les médecins que le test de gaïac. Le gaïac s’est forgé une mauvaise réputation, car les gens disaient qu’il manquait de nombreuses choses. Le TIF est aussi non invasif. Nous sommes très bons pour faire des tests PAP, et les tests TIF doivent être faits de la même façon.  Ils doivent devenir la norme pour toute personne âgée de 50 ans ou plus. Il faudra un certain temps pour lancer ce système, et il doit être adopté par les médecins dès l’école de médecine.

Quelles sont les principales choses que les patients et leur famille doivent savoir sur le dépistage du cancer colorectal?

1. Des milliers de Canadiens décèdent du cancer du côlon chaque année, et le dépistage fonctionne pour diminuer ce risque.

2. Toute personne âgée de plus de 50 ans devrait subir un dépistage du cancer du côlon.

3. Dites à votre médecin si vous avez des antécédents familiaux, puisque vous pourriez devoir commencer le dépistage avant l’âge de 50 ans.

4. Il n’est pas nécessaire d’avoir de symptômes pour avoir un cancer du côlon.

Quelles sont les principales choses que les médecins doivent savoir sur le dépistage du cancer colorectal qu’ils pourraient ne pas déjà savoir?

1. Le cancer colorectal est fréquent et le dépistage fonctionne – le dépistage du cancer colorectal diminuera le nombre de personnes qui en meurent.

2. Tout dépistage est un bon dépistage, pourvu que vous utilisiez l’une des modalités recommandées.

3. Le respect des lignes directrices provinciales en matière de dépistage est une intervention de soins santé très importante.