Archive for: Journée mondiale contre le cancer

We Can. I Can. hands

Nous pouvons. Je peux.

La vidéo incarne le thème retenu pour cette Journée mondiale contre le cancer en soulignant comment la prise en compte d’histoires individuelles peut faire une différence sur le long terme. Elle démontre l’interdépendance entre les diverses perspectives du continuum de la lutte contre le cancer, par exemple, la façon dont les travaux d’un chercheur appuient les soins fournis par un médecin qui peut à son tour aider un patient.

Journée mondiale contre le cancer 2016

Journée mondiale contre le cancer 2016

Le thème de cette année « Nous pouvons. Je peux. » marque le début d’une campagne internationale de trois ans de l’Union for International Cancer Control (UICC) visant à souligner les efforts de collaboration nécessaires, à l’échelle des collectivités et des citoyens, pour alléger le fardeau du cancer.

Votre histoire du cancer logo

VotreHistoireDuCancer

La Journée mondiale contre le cancer marque aussi le lancement de « Votre histoire du cancer », une initiative en ligne du Partenariat visant à relater les histoires de Canadiens touchés par le cancer.

 
 
World Cancer Day banner

La Journée mondiale contre le cancer 2014 – Pour dissiper les mythes

En 2014, la Journée mondiale contre le cancer vise à dissiper des mythes très répandus sur cette maladie.

Dr. Heather Bryant

La Dre Heather Bryant s’attaque aux quatre principaux mythes canadiens sur le cancer

La Dre Heather Bryant, vice-présidente, Lutte contre le cancer au Partenariat canadien contre le cancer, et membre du conseil de l’Union internationale contre le cancer, tord le cou aux quatre idées reçues sur le cancer qui lui paraissent les plus prévalentes au Canada.

Dr. Mary Gospodarowicz

La Dre Mary Gospodarowicz parle de la prévention du cancer au Canada.

« Il faut dire aux Canadiennes et aux Canadiens que l’existence d’une stratégie nationale de lutte contre le cancer dans notre pays est une bonne chose. Plusieurs plans provinciaux de lutte contre le cancer ont été mis sur pied. Les gouvernements déploient de vastes ressources pour nous aider à mieux dépister et prévenir le cancer, et pour offrir des traitements et des soins de la meilleure qualité possible. » Dre Mary Gospodarowicz, chef du service clinique de l’Hôpital Princess Margaret et présidente de l’Union internationale contre le cancer (UICC)

 
 
Dr. Bernard Badley

Mythe : Je n’ai aucun symptôme; je n’ai donc pas besoin de subir un dépistage du cancer colorectal.

Le Dr Bernard Badley, directeur médical du programme de prévention du cancer à Cancer Care Nova Scotia, parle de l’importance du dépistage du cancer colorectal chez les personnes de 50 ans et plus, même si elles sont asymptomatiques.

Dr. Robert Strang

Mythe : Les lits de bronzage sont moins dangereux que le soleil

Le Dr Robert Strang, administrateur en chef de la santé publique en Nouvelle-Écosse, énonce des arguments qui mettent à mal l’idée que les lits de bronzage seraient inoffensifs.

Anne-Marie Nicol

Mythe : Les carcinogènes ne causent pas le cancer

Anne-Marie Nicol, chercheure principale à CAREX Canada et professeure adjointe à la faculté des sciences de la santé de l’université Simon Fraser, analyse l’idée reçue « Je ne peux rien faire contre le cancer » sous l’angle des cancérogènes qui sont présents dans l’environnement.

 
 
Michelle Sheppard

Mythe : Je ne peux rien faire pour aider à prévenir le cancer.

Michelle Sheppard, diététiste agréée par l’organisme BC Cancer Agency, dissipe le mythe selon lequel il n’y aurait aucun moyen de prévenir le cancer.

Suzanne Dubois

Mythe : Un diagnostic de cancer est une condamnation à mort.

Suzanne Dubois, directrice générale, division du Québec, à la Société canadienne du cancer, aide à démentir l’idée reçue selon laquelle l’issue du cancer serait toujours la mort.

Dr. Derek Muradali

Mythe : Je me sens en pleine forme – donc, je n’ai pas le cancer.

Le Dr Derek Muradali, radiologiste en chef du Programme ontarien de dépistage du cancer du sein, s’attaque à l’idée reçue selon laquelle on n’aurait pas besoin de passer des tests de dépistage du cancer du sein si on se sent bien.